« La première des résistances, c’est de survivre » 

            Jacques Chantre, résistant-déporté à Dachau

L'appel à la résistance

de_GaulleLe 18 juin 1940 depuis la radio anglaise (BBC), le général de Gaulle  lance un appel à la résistance depuis Londres. Dans cet appel, il invite les officiers, les soldats français ainsi que les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d’armements qui sont ou qui viendraient sur le territoire Britannique. Pour continuer la guerre, le général de Gaulle compte sur le rassemblement des soldats de l’Empire à son action, sur la détermination de la Grande-Bretagne, sachant que peu de français se retrouvent à Londres. Pendant ce temps,  les soldats, les marins, les aviateurs constituent les forces  françaises libres (FFI). Le comité national de la France libre a été créé à Londres en 1941.

Les premières actions de la Résistance intérieure :D_t_riorations

Cela consiste à rechercher les renseignements sur les forces Allemandes et à diffuser les tracts à la population. La presse clandestine fait son apparition : « Le premier numéro de combat » sort en Octobre 1941. Puis, dans un second temps, des actions violentes sont engagées. Voies ferrées, usines et matériels militaires sont détériorés. En guise de représailles, les Allemands multiplient les arrestations et exécutions d’otages et de résistants. Implantés dans la zone libre, des maquis se multiplient et s’organisent. C’est à partir de 1943, qu’ils sont renforcés par les réfractaires du service de travail obligatoire (STO). Les maquis reçoivent des armes et des munitions par parachute en provenance de Grande-Bretagne.

KoenigL’unification de la résistance :

La résistance se constitue autour de nombreux réseaux indépendant les uns des autres. Jean Moulin est chargé par le général de Gaulle d’unifier ses différents mouvements qui regroupent les communistes, socialistes, démocrate – chrétien  et militants de droite. Le conseil national de la résistance (CNR) et créé en 1943.

Un rôle déterminant dans la libération française :

Unifiées sous les commandements du général Koenig, les forces françaises de l’intérieur (FFI) doivent être particulièrement actives à la libération du pays. Leurs actions sur les arrières des troupes Allemandes, après le débarquement de Normandie entraîne des représailles. C’est le cas pour Oradour -sur -Glane cité à  l’ordre de la  nation.